Pèlerinage en Roumanie

Bucarest en automne, 6 heures du matin. Nous téléphonons à un taxi pour nous conduire à la Patriarchie. Les sonneries résonnent dans le vide. Aucune réponse. Nous essayons un autre numéro, une autre compagnie, finalement, à la troisième tentative, on nous envoie un taxi. Sous les étoiles, nous filons à travers la capitale pour arriver au pied de la colline de la Patriarchie à 6h30.

Cuza

Continuer la lecture de Pèlerinage en Roumanie

Publicités

et mon ange me sourit…

Nicole Pottier

Nicole Pottier

et mon ange me sourit…

En ce beau jour d’automne, où la récente pluie fait briller le frais paysage tout en soulignant ses couleurs dans un contraste épuré: un ciel très bleu, et sur le chemin de terre ça et là quelques grosses touffes d’herbe bien verte, le soleil resplendit, trop éblouissant pour mes yeux. Je contemple l’immense étendue d’un champ, tout semé de vertes pousses tendres, aux rayons bien réguliers, où se prépare à lever le blé d’hiver .
Au loin se trouvent les bois, les grands arbres étendent leurs ramures brunes aux reflets roux de saison, et dans ce soleil étincelant d’après la pluie, toute couleur est bien nette, le ciel est si bleu…
Je suis au bord de l’univers, je marche en marge d’un monde qui m’est connu, un paysage familier et pourtant toujours renouvelé. Je pense à ma famille, à mes amis qui sont chacun dans leur monde avec leurs occupations, en leur lieu et place exacte qu’ils ont choisis en ce moment, c’est l’ici et maintenant en pleine conscience et je sens tout l’amour de l’univers. L’ange est là qui me prend dans ses bras.

Deux mondes

Nicole Pottier

Nicole Pottier

Deux mondes

Tu es venue un jour de ce côté de l’univers
épancher ta soif à la source claire des origines
les arbres frissonnent dans les couleurs de l’automne
où chaque feuille disparaît au gré du vent dans les landes de terre

parmi de luxuriants paysages à la porte du désert
tu demeures tout près des pyramides de connaissance
nos maisons séculaires où fument des cheminées déjà noircies
réchauffent nos âmes engrisées en cette saison mordorée

ton esprit se nourrit d’un alphabet sacré où ton nom n’existe pas
dans cet exil qui tourne sans cesse dans un autre sens de droite à gauche
nos pas silencieux accompagnent les fusils lors des battues dans les champs
aux matinées embrumées, plus aucun bruit, chacun fait le guet

l’instant coule dans tes veines, sollicitude impérieuse d’un temps
où chaque jour fait entendre une nécessaire et patiente attente
les parcelles fraîchement labourées composent des tableaux raffinés
où se reflètent des cieux gris et bleus, transparents de luminosité

guerre incessante et douloureuse folie qui divisent les maisons et dispersent les nations
doux venin mortel qui s’instille au quotidien et t’emplit de nostalgie et de désespoir,
immensité et diversité de deux mondes où nous ne sommes que d’invisibles points
cet automne chante l’amitié et réunit nos pensées sans jamais s’être connues

Je te souhaite une paix intérieure et un amour plus fervent chaque jour

pour Clava, 9 octobre 2007. 

Continuer la lecture de Deux mondes