Rose flétrie

Iulia Hasdeu

Rose flétrie

Rose flétrie
Dans la prairie,
O pauvre fleur,
O fleur chérie,
Tu gis sans vie
Et sans couleur !

Te voilà morte,
Le vent t’emporte
Vers d’autres lieux !
Ainsi tout passe
Et tout s’efface
Tout sous les cieux !

Le temps s’envole,
Même il nous vole
Le souvenir :
Bonheur, tristesse,
Tout fuit sans cesse
Sans revenir !

Wartenstein, août 1885

*

Continuer la lecture de Rose flétrie

Pleureras-tu beaucoup ou bien souriras-tu ?

Lucian Blaga

Vei plânge mult ori vei zâmbi?

Eu
nu mă căiesc,
c-am adunat în suflet şi noroi-
dar mă gândesc la tine.
Cu gheare de lumină
o dimineaţă-ţi va ucide-odată visul,
că sufletul mi-aşa curat,
cum gândul tău il vrea,
cum inima iubirii tale-l crede.
Vei plânge mult atunci ori vei ierta?
Vei plânge mult ori vei zâmbi
de razele acelei dimineţi,
în care eu ţi-oi zice fără umbră de căinţă:
“Nu ştii, ca numa-n lacuri cu noroi în fund cresc nuferi?”

Muzică : One man’s dream, de Yanni

*

Continuer la lecture de Pleureras-tu beaucoup ou bien souriras-tu ?

STAN L’ÉCHAUDÉ (3)

Sept contes roumains
par Jules Brun et Leo Bachelin

*

Qu’advint-il de tout cela, c’est que les affaires de Stan prospérèrent à merveille, grâce à ce petit valet, si bien qu’après deux ans notre célibataire était un des gros bonnets du village.
Un jour, le jeune garçon se mit en tête de pousser son maître au mariage, et de fil en aiguille il parvint à l’entortiller. Stan cependant restait encore hésitant. Tantôt c’était oui, tantôt c’était non, jusqu’à ce que finalement il se fût à peu près décidé, — non sans crainte toutefois de n’avoir pas assez d’argent pour satisfaire à tous les caprices de sa femme.
— C’est là ce qui vous tourmente, maître? fit le petit valet. Quant à cela vous pouvez vous en rapporter à moi. Je vous ferai gagner plus d’argent que vous n’en avez jamais rêvé.
Voyez-vous ces champs de blé?
— Oui.
— Eh bien, allez de ce pas chez le propriétaire; engagez-vous à lui livrer jusqu’à demain tout son blé en meules, et s’il vous demande à quel prix, dites-lui que vous voulez pour tout salaire autant de gerbes que vous pourrez en emporter sur votre dos, vous et votre petit valet. 

Continuer la lecture de STAN L’ÉCHAUDÉ (3)