Notre avant-dernier mot

Rainer Maria Rilke

Notre avant-dernier mot
serait un mot de misère,
mais devant la conscience-mère
le tout dernier sera beau.

Car il faudra qu’on résume
tous les efforts d’un désir
qu’aucun goût d’amertume
ne saurait contenir.

BEL-ENFANT DE LA LARME (3)

Sept contes roumains
par Jules Brun et Leo Bachelin

*

A la troisième vesprée, la masse, en retombant, s’en vint heurter une porte de bronze, qui résonna avec un long grondement sourd.
L’huis fut brisé; le téméraire entra.
Entre deux crêts dentelés comme une mâchoire de louve, la lune montait, argentant le cristal d’un lac au fond sablé d’or. Sur une lie d’émeraudes enchâssée de myrthes  touffus, se dressait un haut château de marbre, blanc comme l’aile d’un cygne, et dont les murailles, plus polies qu’un miroir, réfléchissaient la forêt et la plaine, le lac et ses rivages.
Une barque dorée attendait près de la porte d’airain, sur les eaux endormies, et les fenêtres du palais versaient de mélodieux accords dans la grande nuit sereine.
Fêt-Frumos saisit les avirons et silla comme un martin-pêcheur jusqu’aux degrés d’albâtre du château.
Il y pénétra.

Continuer la lecture de BEL-ENFANT DE LA LARME (3)

Seuil

Nicole Pottier

Nicole Pottier

Seuil

A l’aube de ces changements nécessaires
j’attends la naissance telle l’ultime rédemption
dernier seuil dans ce monde visionnaire
pour parvenir à la terrestre dimension

sur les rives parfaites du début des ans
je franchis l’obscurité qui s’enflamme
aucune passion ne vient troubler mon âme
reposant dans la lave scintillante du volcan

dans la fournaise et la fureur des sentiments,
j’entends le premier cri déchirant brusquement
la paix éclairée de la mémoire de l’instant
venant s’inscrire dans les méandres du temps.

 * 

Continuer la lecture de Seuil