STAN L’ÉCHAUDÉ (2)

Sept contes roumains
par Jules Brun et Leo Bachelin

*

On était précisément dans la canicule du diable, et c’était le jour même de Skaraoskî, où l’empereur des diables avait donné l’ordre à tous les diablotins, ses sujets, de regarder de tous leurs yeux où ils pourraient bien fourrer leur petite queue entre les hommes (1). Aussi tous les méfaits qu’ils perpétrèrent, ce jour-là, nul ne saurait les dire ! L’un pourtant de ces diablotins s’était piètrement acquitté de sa tâche; il rôdait par la forêt, n’osant se représenter devant son maître. Comme il errait tout penaud à l’aventure, il tomba sur la piste de notre gars, et, mourant de faim, il avala d’une bouchée les restes de son déjeuner. Puis, n’ayant plus que faire, il retourna chez son maître, l’oreille basse et la queue entre les jambes, et attendit que son tour vint de rendre compte des prouesses accomplies depuis le matin.

— Eh bien, ça a-t-il bien marché pour toi aussi, mon garçon? interrogea Skaraoski.

— Ma foi, Monseigneur, pardonnez-moi, il n’est venu qu’un seul chrétien aujourd’hui, dans la forêt où j’ai fait ma battue, et je n’ai vu que les traces de ses pas. Bienheureux encore d’avoir trouvé sur sa piste une boule de mamaliga pour assouvir ma faim!

— Tout diable que tu es, tu n’es guère malin !
Ne sais-tu pas ce que l’homme a dit, en abandonnant sa boule de mamaliga?

— Mon Dieu, non, je l’ignore, Monseigneur.

Continuer la lecture de STAN L’ÉCHAUDÉ (2)