Lorsque je suis parmi les arbres

Mary Oliver

When I am among the trees

When I am among the trees,
especially the willows and the honey locust,
equally the beech, the oaks and the pines,
they give off such hints of gladness.
I would almost say that they save me, and daily.

I am so distant from the hope of myself,
in which I have goodness, and discernment,
and never hurry through the world
but walk slowly, and bow often.

Around me the trees stir in their leaves
and call out, « Stay awhile. »
The light flows from their branches.

And they call again, « It’s simple, » they say,
« and you too have come
into the world to do this, to go easy, to be filled
with light, and to shine. »

Lorsque je suis parmi les arbres

Lorsque je suis parmi les arbres,
en particulier les saules et les féviers,
mais aussi les hêtres, les chênes et les pins,
ils dégagent tant de joie diffuse.
Je dirais presque qu’ils me sauvent, chaque jour.

Je me suis éloignée de l’espoir de moi-même,
où résident la bonté et le discernement,
et jamais je ne me presse dans le monde
mais je marche lentement et m’incline souvent.

Autour de moi, les arbres agitent leurs feuilles
et m’appellent, « Reste un moment. »
La lumière coule de leurs branches.

Et ils appellent à nouveau, « C’est simple », disent-ils,
« car toi aussi tu es venue
dans le monde pour faire ceci, pour aller doucement, pour être remplie
de lumière, et pour briller. »

Traduction : Nicole Pottier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s