Je sais pourquoi l’oiseau en cage chante

Maya Angelou

I know why the caged bird sings

A free bird leaps on the back
Of the wind and floats downstream
Till the current ends and dips his wing
In the orange suns rays
And dares to claim the sky.

But a BIRD that stalks down his narrow cage
Can seldom see through his bars of rage
His wings are clipped and his feet are tied
So he opens his throat to sing.

The caged bird sings with a fearful trill
Of things unknown but longed for still
And his tune is heard on the distant hill for
The caged bird sings of freedom.

The free bird thinks of another breeze
And the trade winds soft through
The sighing trees
And the fat worms waiting on a dawn-bright
Lawn and he names the sky his own.

But a caged BIRD stands on the grave of dreams
His shadow shouts on a nightmare scream
His wings are clipped and his feet are tied
So he opens his throat to sing.

The caged bird sings with
A fearful trill of things unknown
But longed for still and his
Tune is heard on the distant hill
For the caged bird sings of freedom.

*

Je sais pourquoi l’oiseau en cage chante

L’oiseau libre sautille sur le dos
du vent et descend en aval
jusqu’à la fin du courant et trempe ses ailes
dans les rayons orange du soleil
et ose revendiquer le ciel.

Mais un oiseau qui piétine dans sa cage étroite
peut rarement voir à travers ses barreaux de rage
ses ailes sont coupées et ses pieds sont liés
alors il ouvre son bec pour chanter.

L’oiseau en cage chante avec un trille de peur
des choses inconnues mais toujours désirées
et sa mélodie se fait entendre sur la colline lointaine
parce que l’oiseau en cage chante la liberté.

L’oiseau libre pense à une autre brise
et aux alizés à travers les soupirs des arbres
et aux vers tout gras qui l’attendent
sur une pelouse brillant à l’aube
et il nomme le ciel comme sien.

Mais un oiseau en cage s’assied sur la tombe des rêves
son ombre crie dans un hurlement de cauchemar
ses ailes sont coupées, ses pieds sont liés
alors il ouvre son bec pour chanter.

L’oiseau en cage chante avec un trille de peur
des choses inconnues mais toujours désirées
et sa mélodie se fait entendre sur la colline lointaine
parce que l’oiseau en cage chante la liberté.

Traduction : Nicole Pottier.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s