La chimère

Iulia Hasdeu

La chimère

s’il est vrai que les amoureux
sont partout et toujours heureux
en germinal comme en brumaire
c’est qu’il n’est pas d’effroi pour eux
car ils ont foi dans la chimère.

s’ils aiment les sentiers ombreux
et la paix des soirs vaporeux
et la nature, auguste mère
s’ils sont rêveurs et langoureux
c’est qu’ils adorent la Chimère.

on se rit de leurs songe-creux
mais ici-bas les amoureux
de nos jours, comme aux temps d’Homère
sont peut-être les seuls heureux :
car c’est le bonheur – la Chimère.

Paris, novembre 1887.

*

Himera

de este-n lume-adevărat
că-ndrăgostiţii au aflat
în germinal sau în brumar
avîntul altfel nesperat
e că-n himeră-şi fac hotar.

şi pacea serii de-o iubesc
cu umbrele ce amăgesc
natura chiar – augusta mamă
e ca-n visare se voiesc
şi de himeră nu au teamă.

ei rîd de vise-amăgitoare
şi nu se tem că omul moare
că-n timpul lui Homer mai speră…
sunt singuri fericiţi sub soare:
că fericirea – e-o himeră.

(În româneşte de Ciprian Doicescu)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s