Le poète

Grigore Vieru

Poetul

Lui Alghimantas Baltakis

In tot pustiul
Era o singura fantana.
Pare ciudat, insa
Chiar orbul o descoperise.
„Ce minunata fereastra!“
Zise, amintindu-si de vorba
Inteleptilor vechi: „Daca
Adevarul se afla-n fantana,
Ma arunc in ea“.
Intr-adevar, umbla
Cu hainele ude pe el.
Erau nenumarate verste
Pana la apa fantanii.
Si toti insetatii
Isi lipisera buzele arse
De hainele orbului.

*

Le poète

A Alghimantas Baltakis

Dans tout le désert
il n’y avait qu’une seule fontaine.
Même si cela semble étrange,
c’était pourtant l’aveugle qui l’avait découverte.
« Quelle fenêtre merveilleuse ! »
avait-il dit, en se souvenant des paroles
des vieux sages : « Si
la vérité se trouve dans la fontaine,
je me jette dedans. »
Et de fait, il vagabondait
ses vêtements trempés sur lui.
Il y avait d’innombrables verstes
jusqu’à l’eau de la fontaine.
Et tous les assoiffés
avaient collé leurs lèvres desséchées
sur les vêtements de l’aveugle.

Traduction : Virginia Popescu, Nicole Pottier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s