Au sommeil

William Wordsworth

William Wordsworth

To sleep

A flock of sheep that leisurely pass by
One after one; the sound of rain, and bees
Murmuring; the fall of rivers, winds and seas,
Smooth fields, white sheets of water, and pure sky;—

I’ve thought of all by turns, and still I lie
Sleepless; and soon the small birds’ melodies
Must hear, first utter’d from my orchard trees,
And the first cuckoo’s melancholy cry.

Even thus last night, and two nights more I lay,
And could not win thee, Sleep! by any stealth:
So do not let me wear to-night away:

Without Thee what is all the morning’s wealth?
Come, blesséd barrier between day and day,
Dear mother of fresh thoughts and joyous health!

*

Au sommeil

Un troupeau de moutons qui sous l’oeil du berger
Passent, l’un après l’autre; un ru dont l’eau s’épanche
Sur la mousse ; la pluie et la cascade blanche,
Le bruit des mers, les prés unis, le ciel léger, —

J’ai tout évoqué tour à tour, pour engager
Le sommeil à venir. Et bientôt chaque branche
Retentira d’un hymne à l’aube, et la pervenche
Ouvrira son oeil bleu du fond de mon verger.

Voilà trois nuits déjà que vainement j’appelle,
Étendu sur mon lit, le doux sommeil rebelle;
Cesse de fuir, Sommeil, et ferme enfin mes yeux

La splendeur du matin sans toi laisse morose,
0 barrière bénie entre les jours fiévreux,
Père des frais pensers et de la santé rose !

Traduction : Emile Legouis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s