Vers mes livres il m’est si bon de me tourner

Emily Dickinson

Unto my books so good to turn
Far ends of tired days;
It half endears the abstinence,
And pain is missed in praise.
As flavors cheer retarded guests
With banquetings to be,
So spices stimulate the time
Till my small libtary.
It may be wilderness without,
Far feet of failing men,
But holiday excludes the night,
And it is bells within.
I thank these kinsmen of the shelf ;
Their countenances bland
Enamour in prospective,.
And satisfy, obtaincd.

Vers mes livres il m’est si bon de me tourner
Au bout lointain de jours de fatigue ;
Cela rend à peu près chère l’abstinence,
On oublie la peine pour la louange.
Tout comme le parfum réjouit l’hôte attardé
En lui promettant des banquets à venir,
Ainsi des épices stimulent le temps
Et me poussent vers ma petite bibliothèque.
Au dehors il se peut que ce soit le désert,
Les pieds lointains d’hommes affaiblis,
Mais la fête exclut la nuit,
Chez moi des cloches sonnent.
Je remercie ces parents de l’étagère ;
Leurs aimables visages
Me remplissent d’amour en perspective
Et me satisfont quand je les tiens.

Traduction : Pierre Messiaen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s