Récits d’un pèlerin russe (22)

Pèlerin russe
Traduction : Jean GAUVAIN

TROISIÈME RÉCIT

Avant mon départ d’Irkoutsk, je revins chez le père spirituel avec qui j’avais eu des entretiens et lui dis : – Me voilà bientôt en route pour Jérusalem ; je suis venu vous dire adieu et vous remercier pour votre charité chrétienne envers moi, misérable pèlerin. Il me dit : – Que Dieu bénisse ta route. Mais tu ne m’as rien raconté sur toi, qui tu es et d’où tu viens. J’ai entendu beaucoup d’histoires de tes voyages ; j’aimerais connaître ton origine et ton existence jusqu’au moment où tu as commencé ta vie errante.
— Je vous raconterai cela avec plaisir, lui dis-je. Ce n’est pas une longue histoire.

La vie du Pèlerin.

Je suis né dans un village de la province d’Orel. Après la mort de nos parents, nous restâmes deux, mon frère aîné et moi. Il avait dix ans. J’étais dans ma troisième année. Notre grand-père nous prit chez lui pour nous élever ; c’était un vieillard honorable et aisé, il tenait une auberge sur la grand’route et, comme il était très bon, beaucoup de voyageurs s’arrêtaient chez lui. Nous vînmes donc vivre près de lui ; mon frère était très vif, il courait tout le temps par le village, moi je restais plutôt près de mon grand-père. Les jours de fête, il nous emmenait à l’église, et à la maison il lisait souvent la Bible, tenez, celle que j’ai là avec moi. Mon frère grandit et commença à boire. J’avais sept ans ; un jour, j’étais couché avec lui sur le poêle, il me poussa et me fit tomber. Je me fis mal au bras gauche et, depuis ce temps, je ne puis plus m’en servir – il est tout desséché.
Le grand-père, voyant que je ne pourrais m’employer aux travaux des champs, décida de m’apprendre à lire et, comme nous n’avions pas d’alphabet, il se servait de la Bible que voilà : il me montrait les lettres et m’obligeait à épeler les mots, puis à noter les lettres. Ainsi, je ne sais trop comment, à force de répéter derrière lui, je finis par savoir lire. Plus tard, quand il n’y vit plus très clair, il me faisait lire la Bible à haute voix et il me corrigeait. Chez nous s’arrêtait souvent le greffier. Il avait une belle écriture et j’aimais à le voir écrire. De moi-même, je commençai à former les mots à son exemple. Il m’indiqua alors comment faire, il me donna du papier, de l’encre et me tailla des plumes. J’appris donc aussi à écrire. Mon grand-père en était content et il me disait : – Ainsi, Dieu t’a donné de savoir les lettres, tu seras un homme. Remercie le Seigneur et prie plus souvent. Nous allions à l’église pour tous les services et à la maison aussi nous priions fréquemment ; on me faisait réciter : Aie pitié de moi, Seigneur, et le grand-père et la grand’mère faisaient des inclinations jusqu’à terre, ou bien se tenaient à genoux. J’arrivai ainsi à l’âge de dix-sept ans et ma grand’mère mourut. Le grand-père me dit :
— Nous voilà sans patronne à la maison, et comment s’arranger sans femme ? Ton frère aîné n’est bon à rien, je vais te marier.
Je refusai, à cause de mon infirmité, mais mon grand-père insista et on me maria avec une jeune fille bonne et sérieuse. Elle avait vingt ans. Une année passa, et mon grand-père tomba malade à mourir. Il m’appela, me fit ses adieux et dit : – Je te laisse la maison et tout ce que j’ai ; vis comme tu le dois, ne trompe personne, et prie Dieu plus que tout ; c’est de Lui que tout vient. Ne mets ton espérance qu’en Dieu, va à l’Église, lis la Bible et souviens-toi de nous dans tes prières. Voilà mille roubles d’argent, garde-les, ne les dépense pas pour rien, mais ne sois pas avare, donne aux mendiants et aux églises de Dieu.

(…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s