L’étreinte

Nichita Stănescu

Îmbrăţişarea

Când ne-am zărit, aerul dintre noi
şi-a aruncat dintr-odată
imaginea copacilor, indiferenţi şi goi,
pe care-o lăsa să-l străbată.

Oh, ne-am azvârlit, strigându-ne pe nume,
unul spre celălalt, şi-atât de iute,
că timpul se turti-ntre piepturile noastre,
şi ora, lovită, se sparse-n minute.

Aş fi vrut să te păstrez în braţe,
aşa cum ţin trupul copilăriei, în trecut,
cu morţile-i nerepetate.
Şi să te-mbrăţişez cu coastele-aş fi vrut.

 * 

L’étreinte

Dès que nous nous sommes aperçus, l’air entre nous
a brusquement projeté
l’image des arbres, indifférents et nus
qu’il laissait le traverser.

Oh, comme nous nous sommes élancés l’un vers l’autre
criant nos prénoms, et ce si vite fait
que le temps s’est écrasé entre nos poitrines,
et l’heure blessée en minutes s’est dispersée.

J’aurais voulu te garder dans mes bras
tout comme je tiens le corps de mon enfance, dans le passé révolu,
avec ses morts non répétées.
Et te serrer entre mes côtes, j’aurais voulu.

Traduction: Virginia Popescu, Nicole Pottier

Publié dans la revue Citadela, Satu Mare.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s