Parlez-nous de la Parole

Khalil Gibran

Talking

And then a scholar said, « Speak of Talking. »
And he answered, saying:
You talk when you cease to be at peace with your thoughts;
And when you can no longer dwell in the solitude of your heart you live in your lips, and sound is a diversion and a pastime.
And in much of your talking, thinking is half murdered.
For thought is a bird of space, that in a cage of words many indeed unfold its wings but cannot fly.
There are those among you who seek the talkative through fear of being alone.
The silence of aloneness reveals to their eyes their naked selves and they would escape.
And there are those who talk, and without knowledge or forethought reveal a truth which they themselves do not understand.
And there are those who have the truth within them, but they tell it not in words.
In the bosom of such as these the spirit dwells in rhythmic silence.

When you meet your friend on the roadside or in the market place, let the spirit in you move your lips and direct your tongue.
Let the voice within your voice speak to the ear of his ear;
For his soul will keep the truth of your heart as the taste of the wine is remembered
When the color is forgotten and the vessel is no more.

*

Parlez-nous de la Parole

Et il répondit, disant :
Vous parlez lorsque vous cessez d’être en paix avec vos pensées ;
Et lorsque vous ne pouvez rester davantage dans la solitude de votre cœur vous vivez dans vos lèvres, et le son est un divertissement et un passe-temps.
Et dans une large part de vos discours, la pensée est à moitié assassinée.
Car la pensée est un oiseau de l’espace, qui dans une cage de mots peut ouvrir ses ailes mais ne peut voler.
Il en est parmi vous qui recherchent les bavards de peur d’être seuls.
Le silence de la solitude révèle à leurs yeux leur moi dans sa nudité et ils voudraient s’enfuir.
Et il en est qui parlent, et sans savoir ou préméditation révèlent une vérité qu’ils ne comprennent pas eux-mêmes.
Et il en est qui ont la vérité en eux mais ne l’expriment pas en paroles.
Dans le sein de ceux-ci l’esprit demeure dans le rythme du silence.

Quand vous rencontrez votre ami sur le bord de la route ou sur la place du marché, que l’esprit en vous anime vos lèvres et dirige votre langue.
Que la voix en votre voix parle à l’oreille de son oreille ;
Car son âme dardera la vérité de votre cœur tel le bouquet du vin qui persiste.
Quand la couleur en est oubliée et que la coupe n’est plus.

(Traduction : Camille Aboussouan, Claire Dubois)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s