Récits d’un pèlerin russe (15)

Pèlerin russe
Traduction : Jean GAUVAIN

Le saut du loup.

Que tes oeuvres sont grandes, Seigneur : tu as tout fait avec sagesse. J’ai rencontré sur ma route bien des cas extraordinaires. S’il fallait tous les raconter, je n’en finirais pas avant plusieurs jours. Tenez, par exemple : un soir d’hiver, je passais seul par une forêt, je voulais coucher à deux verstes de là, dans un village qu’on apercevait déjà. Soudain un grand loup sauta sur moi. Je tenais à la main le rosaire de laine de mon starets (je l’avais toujours avec moi). Je repoussai le loup avec ce rosaire. Et croyez-vous ? Le rosaire me sortit des mains et s’entortilla autour du cou de la bête. Le loup se rejeta en arrière et, sautant à travers les ronces, se prit les pattes de derrière dans les épines, tandis que le rosaire s’accrochait à la branche d’un arbre mort; le loup se débattait de toutes ses forces, mais n’arrivait pas à se dégager car le rosaire lui serrait la gorge. Je me signai avec foi et m’avançai pour dégager le loup; c’était surtout parce que je craignais qu’il n’arrachât le rosaire et ne s’enfuît en emportant cet objet si précieux.  A peine m’étais-je approché et avais-je mis la main sur le rosaire que le loup le rompit en effet et se sauva sans plus de manières. Ainsi, remerciant le Seigneur et faisant mémoire de mon bienheureux starets, j’arrivai sans mémoire de mon bienheureux starets, j’arrivai sans encombre au village ; j’allai à l’auberge et demandai à coucher. J’entrai dans la maison. Deux voyageurs étaient assis à une table dans le coin, l’un déjà âgé, l’autre d’âge mûr et corpulent. Ils buvaient du thé. Je demandai qui ils étaient au paysan qui gardait leurs chevaux. Il m’expliqua que le vieillard était instituteur et l’autre greffier du juge de paix : tous deux d’origine noble : – Je les emmène à la foire à vingt verstes d’ici.
Après m’être un peu reposé, je demandai à la patronne du fil et une aiguille. Je m’approchai de la bougie et commençai à recoudre mon rosaire. Le greffier me lança un coup d’oeil et dit :
— Tu en as fait des courbettes pour arriver à déchirer ton rosaire !
— Ce n’est pas moi qui l’ai abîmé, mais un loup…
— Tiens, les loups aussi font leur prière, répondit en riant le greffier.
Je leur racontai l’affaire en détail et expliquai combien ce rosaire était précieux pour moi. Le greffier se remit à rire et dit :
— Pour vous, crédules, il y a toujours des miracles ! Qu’est-ce qu’il y a de mystérieux là dedans ? Tu lui as simplement lancé quelque chose, il a eu peur et s’est sauvé; les chiens et les loups ont toujours peur de ça, et s’accrocher les pattes dans la forêt, ce n’est pas difficile; il ne faut tout de même pas croire que tout ce qui arrive dans le monde c’est par miracle.
L’instituteur commença alors à discuter avec lui :
— Ne parlez pas ainsi, Monsieur ! Vous n’êtes pas versé dans ces questions… Pour moi, je vois dans l’histoire de ce paysan un double mystère, sensible et spirituel…
— Comment cela ? demanda le greffier.
— Voici : sans avoir une instruction très poussée, vous avez sûrement étudié l’histoire sainte par questions et réponses, éditée pour les écoles. Vous vous rappelez que lorsque le premier homme, Adam, était dans l’état d’innocence, tous les animaux lui étaient soumis; ils s’approchaient de lui avec crainte et il leur donnait des noms. Le starets, à qui a appartenu ce chapelet, était saint; et qu’est-ce que la sainteté ? rien d’autre que la résurrection dans l’homme pécheur de l’état d’innocence du premier homme, grâce aux efforts et aux vertus. L’âme sanctifie le corps. Le rosaire était toujours dans les mains d’un saint ; donc, par le contact constant avec son corps, cet objet a été pénétré d’une force sainte, la force de l’état d’innocence du premier homme. Voilà le mystère de la nature spirituelle !… Cette force est ressentie
naturellement par tous les animaux et surtout par l’odorat : car le nez est l’organe essentiel des sens chez l’animal. Voilà le mystère de la nature sensible…

(…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s