Récits d’un pèlerin russe (9)

Pèlerin russe
Traduction : Jean GAUVAIN

Tout le monde fut étonné de mon changement ; au bout de trois ans, je fus réadmis dans le corps des officiers, je franchis les grades successifs et devins capitaine. Je me mariai, je tombai sur une excellente femme ; nous avons amassé quelque bien, et maintenant, Dieu merci, ça va à peu près ; nous aidons les pauvres comme nous le pouvons et recevons les pèlerins. J’ai un fils qui est déjà officier, c’est un brave garçon.
Eh bien, vois-tu, depuis ma guérison, je me suis promis de lire chaque jour, ma vie durant, un des quatre Évangiles en entier, sans admettre aucun empêchement. C’est ainsi que je fais. Lorsque je suis accablé de travail et que je suis très fatigué, je me couche et je demande à ma femme ou à mon fils de lire l’Évangile à côté de moi, ainsi j’observe ma règle. En témoignage de reconnaissance et pour la gloire de Dieu, j’ai fait couvrir cet Évangile en argent massif et je le porte toujours sur ma poitrine.

J’écoutais avec plaisir ces propos du capitaine et lui dis :
— J’ai connu un cas semblable : dans notre village, à la fabrique, il y avait un excellent ouvrier, très versé dans son métier; mais, pour son malheur, il buvait et souvent. Un homme pieux lui conseilla, à chaque fois qu’il aurait envie d’eau-de-vie, de réciter trente-trois prières de Jésus en l’honneur de la Très Sainte Trinité et d’après les années de la vie terrestre de Jésus-Christ. C’est ce qu’il fit et il cessa bientôt de boire. Et ce n’est pas tout : trois ans après, il entrait au monastère.
— Et qu’est-ce qui vaut plus – demanda le capitaine – la prière de Jésus ou l’Évangile ?
— C’est tout un, répondis-je. L’Évangile est comme la prière de Jésus : car le nom divin de Jésus-Christ enferme en lui toutes les vérités évangéliques. Les Pères disent que la prière de Jésus est le résumé de tout l’Évangile.
Puis, nous dîmes les prières ; le capitaine commença à lire depuis le début l’Évangile de Marc et je l’écoutai en faisant oraison dans mon coeur. Le capitaine termina sa lecture à deux heures du matin et nous allâmes nous coucher.
Selon mon habitude, je me levai tôt le matin; tout le monde dormait; le jour commençait à peine que je me plongeai dans ma chère Philocalie. Avec quelle joie je l’ouvris ! Il me semblait avoir retrouvé mon père après une longue absence ou un ami ressuscité des morts. Je l’embrassai et remerciai Dieu de me l’avoir rendue ; je commençai à lire Théolepte de Philadelphie dans la deuxième partie de la Philocalie. Je fus étonné de voir qu’il propose de se livrer au même moment à trois ordres d’activité : assis à table, dit-il, donne à ton corps la nourriture, à ton esprit la lecture et à ton coeur la prière. Mais le souvenir de la bienfaisante soirée de la veille m’expliquait pratiquement cette pensée. C’est alors que je compris le mystère de la différence entre le coeur et l’esprit.
Lorsque le capitaine se réveilla, j’allai le remercier de sa bonté et lui dire adieu. Il me versa du thé, me donna un rouble d’argent et nous nous séparâmes. Je repris ma route tout joyeux.
Au bout de la première verste, je me souvins que j’avais promis aux soldats un rouble, que je me trouvais posséder maintenant. Fallait-il le leur remettre ou non ?
D’un côté, me disais-je, ils t’ont frappé et volé, et ils n’en peuvent rien faire, puisqu’ils sont arrêtés. Mais d’autre part rappelle-toi ce qu’écrit la Bible : Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger. Et Jésus-Christ lui-même dit : Aimez vos ennemis et encore Si quelqu’un veut t’arracher ta robe, donne-lui aussi ton manteau. Ainsi persuadé, je revins sur mes pas et j’arrivai à la maison d’étape au moment où le convoi se formait pour repartir : je courus vers les deux malfaiteurs et leur glissai mon rouble dans la main en disant :
— Priez et faites pénitence ; Jésus-Christ est l’ami des hommes. Il ne vous abandonnera pas !
Je m’éloignai sur ces mots et repris ma route dans l’autre sens.

(…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s