BEL-ENFANT DE LA LARME (13)

Sept contes roumains
par Jules Brun et Leo Bachelin

*

Tout le monde croyait Fêt-Frumos mort; son Frère de Croix était triste. Aussi, dès que se répandit le bruit de son retour, ce fut une liesse universelle : hommes, femmes, enfants se portèrent au devant de lui, en habits de fête, avec des cris de joie.
Pendant ce temps, qu’était devenue Iliane?
Cloîtrée, dès le départ de son amant, dans un jardin entouré de murs élevés, elle s’était couchée, avec une pierre pour chevet, sur un lit de cailloux. Tout éplorée, elle avait à sa portée une ampoule d’or, pour recueillir ses larmes.
Dans ce jardin aux parterres nombreux, que personne n’arrosait, poussa, entre les cailloux brûlés par le soleil, une moisson de fleurs aux pétales jaunes, d’un éclat éteint comme l’oeil trouble des morts. C’étaient des fleurs de souci.
Iliane, les yeux toujours noyés, devint aveugle ; néanmoins, il lui semblait encore voir, au fond de l’urne qu’elle avait remplie de larmes, l’image du bien-aimé. Puis ses yeux, sources taries, cessèrent de pleurer. A la voir telle, avec sa face blême scellée par une muette douleur, avec ses blonds cheveux épandus sur son corps rigide, comme les franges d’un manteau impérial, on l’eut prise pour une statue de marbre sur un tombeau.
Mais dès que la recluse sut le retour de Fêt-Frumos, une joie sans nom se peignit sur son visage. Elle prit son urne, versa dans le creux de sa main quelques gouttes de la rosée d’amertume, et en aspergea les plantes. Et les feuilles flétries reverdirent, et les fleurs jaunes de souci se muèrent en clochettes blanches au doux parfum. Depuis ce baptême de larmes, elles prirent le nom de lacrymaires (1). 
L’aveugle parcourut à tâtons les allées du jardin et cueillit une poignée de ces muguets.
A ce moment Fêt-Frumos entrait.
Iliane se jeta à son cou :
— C’est toi!
— Comment ne serait-ce pas moi (2) !
Mais ivre de bonheur, elle ne put que diriger vers lui ses prunelles éteintes, avec lesquelles elle aurait voulu boire son âme. Puis, le prenant par la main; elle lui montra le reliquaire de ses longues douleurs.
Comme un lis candide, la lune s’épanouissait aux champs profonds du ciel. Fêt-Frumos baigna sa face dans les larmes de sa fiancée ; puis, se jetant sur les épaules le manteau qu’elle lui avait tissé de charmes et de sortilèges, il se coucha sur le lit de muguets. La vierge ingénue se mit à ses côtés.
Elle eut un songe dans lequel il lui sembla que Marie, Reine des vierges, détachait de l’azur deux étoiles et les lui fixait au front.
Le lendemain, à son réveil, elle y voyait.
Le troisième jour, on célébra les noces de l’empereur avec la fille de Génar.
Celles de Fêt-Frumos étaient préparées pour le quatrième.

à suivre…
BEL-ENFANT DE LA LARME (14)

(1) En roumain lacrimioare, petites larmes-, c’est le nom du muguet.
(2) Véritable leitmotiv. Voir BEL-ENFANT DE LA LARME (5)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s